Ok Abou Lotfi / ben moi je te dis, j’ai découvert ton aventure j’ai vu tu disais les frères il y a la tunique d’Abou Lotfi et tout / oui / j’étais surpris sincèrement, je t’ai appelé, tu n’as pas répondu, après on s’est mis d’accord après que tu m’aies appelé, je suis venu ici, je te dis qui a apporté cette tunique ? tu me dis je ne sais pas / parce que moi, c’est-à-dire, c’est possible que … je me souviens le jour où je t’ai fait sortir de la maison, j’ai donné la tunique, et le sweat noir que tu avais mis / Oui / tu avais mis celui-là je crois / oui quelque chose qui ressemble à ça /je ne sais plus, quand je t’ai fait sortir, toi tu étais un peu absent tu vois ce que je veux dire, donc quand je t’ai fait sortir, j’ai posé la tunique et j’ai posé le sweat noir à toi, tu vois ? / le sweat je l’ai chez moi mais la tunique, tu m’as donné les deux tu me dis, comment une est-elle partie tu comprends ? / quelque chose qui ne rentre pas … / pour moi ça je n’arrive pas à le concevoir, je ne comprends pas, la tunique, j’en suis sûr, moi je l’ai posé dans un endroit précis dans la chambre, comment a-t-elle fini chez lui les frères ? comment est-elle arrivée dans sa voiture ? je ne sais pas ! C’est-à-dire … t’es pas venu chez moi et tu l’as volé et t’es parti (il dit en rigolant) / non mec, tu m’as vu être une personne malhonnête (il rit aussi) bref, là il y a d’autres question Abou Lotfi que je veux te poser / oui / d’accord ? si tu ne veux pas répondre, tu es libre. / non normal, je réponds à ce que tu veux / maintenant y a-t-il moyen que tu me racontes depuis que tu es rentré avec moi dans l’aventure jusqu’à ce que tu sois sorti de l’aventure ? c’est-à-dire que toi tu m’as posé la question « où suis-je ? » quand je suis venu te prendre de l’aventure, je t’ai dit Abou Lotfi 1 2 3 4 il t’est arrivé ceci cela. Tu étais surpris tu comprends ? / oui / il y a moyen que tu me racontes ce qui s’est passé depuis le début que tu es rentré avec moi jusqu’à la fin où t’es sorti de l’aventure ? / oui, première chose, les prières de Dieu sur notre prophète, moi je pensais que la chose était facile et tout, et moi je disais sur moi-même que j’avais un cœur fort, d’accord ? j’ai un cœur accroché, peu importe le lieu perdu, j’y mettais les pieds. Seulement les histoires des aventures pour moi je me l’interdis maintenant. Impossible que je revienne m’aventurer ou je passe par une aventure. Quand je suis passé par ton aventure et ce que j’ai vu, mon cœur est mort terminé, je suis terrorisé par le sujet. D’accord ? j’ai peur, pour moi je suis devenu un type qui a peur des aventures. Avant je disais tranquille, c’est des lieux abandonnés et tout. Bref je me suis dit avec moi il y a Hasan, il ne va rien arrivé donc, je ne vais rien voir de grand / avec nous notre Seigneur, qui nous protège de tout / Dieu merci première des choses. Dieu merci on est sorti bien et en santé, et aucun de nous ne lui est arrivé quelque chose de mauvais, et chacun de nous est rentré chez lui en paix / et Dieu merci / et Dieu merci. Ok les frères avant toute chose, moi j’ai dit à mon entourage, je leur ai dit que c’était de ma responsabilité, que Hasan n’avait rien avoir, d’accord ? et c’est moi qui a choisi le lieu aussi, et j’ai dit à Hasan je veux le lieu du vieux diabolique. Bref, on est allé, première fois que j’ai mis les pieds dans le lieu, le lieu terrorisait, c’est-à-dire que toi tu vois derrière ton écran quelque chose de normal, mais dans la réalité quand tu viens dans le réel, que tu passes par un lieu pareil, tu fais comme ça (il fait un geste comme quelqu’un de stresser qui a du mal à respirer) tu prends trop de l’air en premier lieu. Après moi j’ai dit au nom de Dieu le tout Miséricordieux le Très Miséricordieux. Hasan a fait son renforcement spirituel et tout. J’ai répété avec Hasan, à l’intérieur de moi, et je suis rentré. Les frères je regarde comme ça mais le lieu fait trop peur, le lieu terrorisait, j’ai commencé à ressentir quelque chose dans ma tête, Hasan lui filmait et tout, moi j’ai voulu voir à vrai dire, et là je vois un truc noir passé, j’ai dit à Hasan quand le snap s’arrêtait que j’avais vu une ombre, il me disait non mec il n’y a rien. Que j’avais une impression. (ps : ça s’est trop la réplique de Hasan, il le dit souvent pour lui-même, il ne croit en rien) Un peu plus tard, ma tête commençait à me faire mal, j’ai senti comme un étourdissement et une sensation au niveau de la poitrine et tout, ma tête sur tout elle m’a fait très mal, d’un coup j’ai senti comme si … tout était devenu noir d’un coup / les mêmes signes qui se sont produits avec moi exactement les mêmes / trop, je suis tombé dans les pommes Hasan. Après j’ai senti comme si je faisais un rêve, d’accord ? ensuite je me suis réveillé, la première chose que j’ai vu c’était des êtres humains normaux / oui. A quoi ressemblaient-ils ? / des êtres humains des êtres humains comme nous. / t’as vu des nains ou pas ? / il y avait des gens de petites de tailles comme ça / est-ce qu’ils t’ont jeté quelque chose ? attaqué ? ou normal ils ne t’ont pas parlé ? / non, normal ils ne m’ont pas parlé / tu sais moi quand j’étais là-bas Abou Lotfi, ils se sont pris à moi comme des sauvages, ils voulaient me tuer, parce que moi un jour j’ai fait mal à l’un d’eux, t’as compris ? / oui / quand ils m’ont vu ils étaient comme (en colère) mais ils ne pouvaient pas m’atteindre tu comprends ? / oui / parce que j’étais sous protection (il entend par des djinns), j’allais voir le dirigeant / écoute moi quand je les ai vu, leurs corps étaient petits, mais leurs têtes étaient grandes les frères, et ils ont des canines qui sortent, elles étaient très grande Hasan / je n’ai pas fait attention à eux sincèrement / ils étaient tout près de moi je te dis / et ils te fixaient ? / oui ils regardaient mais je n’ai pas vu dans leur yeux un regard de méchanceté et tout, qu’ils veulent me faire quelque chose / oui / une fois j’ai vu, je ne sais pas si c’était une illusion, ou quelque chose a pris forme, j’ai vu quelqu’une que j’avais l’impression de connaitre, d’accord ? je regardais son visage, son visage m’était familier, je ne sais pas. Je te dis j’ai vu des choses, j’ai vu des gens avec un troisième œil, ici (au niveau du front) / arrête mec ! / j’ai vu des gens avec des cornes, j’ai vu des gens qui volaient avec deux ailes, j’ai vu des gens sans jambes qui marchaient debout, mais entre eux et le sol une distance ! tu comprends ? / toi, ce que tu as vu, est différent de ce que moi j’ai vu / trop j’ai vu des choses qui ne sont pas naturelles ! / ok j’ai une question que j’ai trop posé / oui / tu as vu le jour ou tu n’as pas vu ? / non, la vie était sombre les frères, la nuit c’est tout, c’est-à-dire qu’ils ne voyaient pas le jour arrivait. Tu vois bien mais c’est sombre, comme quand tu es dans une région ouverte et qu’il fasse nuit mais qu’il y a la lumière de la lune, c’est-à-dire que tu vois devant toi mais c’est la nuit, il n’y a pas de jour définitivement. Tu comprends ? / des petites lumière mais quand tu t’approches d’elle, ça t’illuminait des choses ou bien ça ne t’es pas arrivé ? / écoute, je te voyais / non mec ! / je te voyais ! je te voyais je me disais eh le voici Hasan, je courrais vers toi je n’arrivais pas à t’atteindre, d’accord ? je m’approche de toi Hasan toi tu me regardais comme ça (derrière lui) ensuite tu retournais et tu me donnais ton dos et tu marchais. J’essayais de courir mais toi tu marchais très vite ! c’est-à-dire tu t’éloignais vite tu comprends ? et quand j’arrivais à toi, tu disparaissais. / ouf ! / je m’éloigne de toi, tu te retournes et tu reprends ton chemin en marchant / te souviens-tu m’avoir appelé ou pas ? / non, Hasan moi avant l’aventure j’ai laissé mon téléphone, j’ai vu l’aventure je te donnais le téléphone je te disais Hasan voici mon téléphone etc etc d’accord ? mais tu sais je voyais mon téléphone, d’un coup je sentais quelque chose je posais ma main sur ma poche je sentais que le téléphone était avec moi, et d’autre fois je ne le trouvais pas / oui / c’est-à-dire qu’iil y avait des choses effectivement qui rendaient dingue, pour moi ce truc je n’ai rien à y faire définitivement. Dé-fi-ni-ti-vement ! / ok Abou Lotfi, t’as dit que tu arrêtais définitivement ce domaine / oui / maintenant c’est quoi la discussion qu’il y avait entre toi et … es-tu allé voir le dirigeant ? / je suis parti le voir mais il ne m’a pas proposé de solution / le dirigeant ? / il ne m’a pas donné de solution, il y avait comme dirait une grande chaise et le son de sa voix venait de la chaise ! d’accord ? mais je ne le voyais pas ! Ils me disaient, parce qu’il y avait des gens autour de moi, « voici le dirigeant » mais je ne pouvais pas le voir / quand tu leur posais une question et qu’ils répondaient difficilement, qu’ils s’arrêtaient comme ça, genre qu’ils ne te parlent pas qu’ils restent comme ça figé entrain de réfléchir, ensuite il revient par exemple et il te dit … / pour moi, quand je me suis réveillé, c’est comme si pour moi c’était un songe/rêve. Écoute… quand Hasan est venu me sortir du lieu, j’avais l’impression qu’il s’était écoulé une heure, je regarde youtube je me rends compte que c’était quatre jours, combien suis-je resté ? / oui presque 4 jours / oui 4 jours et moi là-bas / le quatrième je t’ai rencontré / je te dis Hasan, j’ai pensé quand tu es venu me sortir, j’ai pensé par exemple qu’effectivement j’ai disparu mais que tu es parti vers la porte et ensuite tu es revenu. Et tu m’as pris et on est sorti. Moi c’est comme ça que je l’ai vécu, d’accord ? et Hasan quand je suis allé chez eux, c’est-à-dire quand je me suis réveillé et que je me suis retrouvé dans la nuit et tout, que je voyais ces nains, j’ai regardé mes pieds j’ai vu que je portais des claquettes. Mes chaussures où sont-elles passées ? je ne sais pas ! et la tunique, elle est à moi, d’accord ? / elle était à toi ? / oui mec / moi je pensais que c’était à eux / comment les claquettes sont venues à mes pieds ? je ne sais pas ! les frères moi j’ai apporté des chaussures d’accord ? de couleurs blanches, où sont mes chaussures ? je ne sais pas ! jusqu’à présent je ne sais pas. Hasan mes chaussures, ça coute de l’argent (il rit) / mec on va t’acheter des chaussures / non je m’en fiche des chaussures, je veux les mêmes que les miennes (il rit mais Hasan ne rit pas lol)  je me suis arrêté ici 10 :56. Voici le lien vers la partie 2