En résumé, Hasan voulait venir s’asseoir avec lui, il lui a demandé plusieurs fois, Almajoussi refusait et c’est ainsi qu’il lui montrait qu’il était faible. Il lui a demandé comment il avait fait pour retrouver sa maison ? Almajoussi lui a dit qu’il y avait des suiveurs qui allaient venir dans sa maison pour l’égorger, Hasan lui a dit « que tu sois toi-même égorgé ». Il lui a dit ton Qarine (son propre démon) va te tuer aussi. Ensuite il lui a dit qu’il allait le tuer lui même. Quand il lui a dit ça Hasan lui a répondu « que tu te tues toi-même ». Almajoussi s’est mis à citer des choses « la piscine » « ta maison » et Hasan disait « oui je sais que tu es venu ici et là », « moi je suis venu, égorgé, les enfants, de la djinniya, juive… Rafil (Raviva) » « ses enfants, sans pitié, je les ai tué » ceux à quoi Hasan a répondu « Dieu le plus grand, Dieu me suffit et Il est le meilleur garant ». « Raviva, sans, pitié » (répété). Et là Hasan a dit, la sorcière crieuse est plus forte que toi. C’est là qu’il a commencé à dire « Dizar, Dizar, Dizar » Hasan: « qui est Dizar ? » Almajoussi: « Dizar, adoratrice de feu » (répété) « dans la vallée du djinn, elle va te tuer, Dizar… Feu augmente, augmente, augmente » « Dizar, je t’invoque maintenant, viens, je veux que tu tues, ce garçon, maintenant, ALLEZ, ALLEZ, ALLEZ, ALLEZ » « haha, wow j’ai trop peur, moi j’ai trop peur ! toi et Dizar tous des faibles » (il se moquait de lui). Ensuite la sorcière crieuse est venue. « Dizar, tue-le ! » Hasan invoqua Dieu. (Il a eu une première petite attaque) « tuez-le ! » « la durée de vie est entre les mains de Dieu mon ami ». « les gens du château (de la poupée) je veux une rançon ?!? » « HEE, elle me plait celle là ! très bien, qu’est-ce que t’as mis au feu ? » « éteins la lumière ! » (répété) « très bien j’éteins, mais toi t’es faible » « Dizar » (le cris de Dizar) « Pourquoi le feu lâche t’il une fumée noire ?… ah oui les frères, il a ramené la poupée et la famille enlevé… Pourquoi la fumée noire ? » « ça va, t’étrangler, jusqu’à la MOOOORT ! » « Dieu est fort et vous les faibles o bonhomme, Dieu me suffit et Il est mon meilleur garant » « mes soldats djinns, vont te tuer ». Voilà majoritairement ce qui se disait avant l’assaut final.