Alhadji a passé sa journée à réfléchir à l’événement qui s’était déroulé la veille. En cause, leur invité qui a vu ses dents détruits lors qu’il avait touché à un objet des djinns. Alhadji a expliqué qu’ils ont été maltraités tout au long de l’expédition, et que leur invité a été mis dans un état second de terreur qui l’a poussé à être déraisonnable et à être pris d’envie de toucher leur objet. Le père est catégorique, en aucun cas ils n’avaient l’intention de le prendre, ni de nuire à qui que ce soit, mais que du côté des djinns, l’intention n’était pas partagée. En effet le vieux estime qu’ils ont été lésés, piégés (et humiliés). Et donc, ils sont partis lui et son fils en découdre avec eux. « Par la volonté de Dieu, ça sera eux ou nous ! ». Devant l’entrée de la grotte: « effectivement ce lieu est maudit, il est réputé ainsi, on l’appelle le berceau des pendus (omo almachanigue). » Ils se sont donc présentés à eux, alhadji a demandé à son fils de ne pas parler, ne serait-ce un mot. Ensuite le père a engagé la conversation en les saluant, un djinn a répliqué « pourquoi êtes-vous revenu ? vous avez rompu votre promesse » ce que alhadji a démenti en affirmant que ce n’était pas la première fois qu’ils faisaient une promesse et qu’eux les djinns savaient que jamais ils ne l’avaient rompu et c’est pourquoi ils sortaient toujours en sécurité. « Ton nom est Harout, un des genres de djinns qui habite sous-terre. O Harout, vous, vous nous voyez alors que nous non. Il me dit qu’ils nous ont vu dès qu’on est rentré dans la région ». Ensuite ils se sont déplacés dans une autre place de la grotte « je laisse ma cane ici comme ça il y aura entre eux et nous une limite ». « O Harout o Harout, vous nous avez trahi, alors que nous par Dieu … » (snap coupé, il voulait lui expliquer que leurs intentions étaient bonnes) « …nous pouvons le faire (les attaquer), car notre confiance est placée en Dieu » « Nous n’avions pas de mauvaises intentions, de rompre notre promesse, ou de rompre les promesses. Nous n’avons pas ce genre d’intentions. Vous avez détruit le jeune, détruit sa vie, à cause de la terreur dont il se trouvait, il s’est approché de votre bien, et vous, au lieu de prendre en compte la situation, vous l’avez frappé et vous l’avez détruit. Moi maintenant je suis venu me venger dans ce lieu et de ce qu’il contient ». « oui je peux, je peux par la grâce de Dieu qui est avec moi, moi et mon fils, je peux ». « Notre attachement est en Dieu, notre attachement est en Dieu, notre attachement est en Dieu, ma foi en Dieu est forte. c’est pourquoi je te demande o Harout, pourquoi vous avez agi avec nous comme ça ? nous on vous a donné la parole et vous vous nous avez dit de ne pas prendre le bien, et vous nous l’aviez montré afin que ce jeune Ahmad que Dieu le guérisse …  » (le djinn l’interrompa car Enad zoomait avec la lampe, le vieux voulait lui dire qu’ils l’ont tenté intentionnellement). « Enad, il te dit ne zoome pas avec ta lampe, il se trouve là où je pointe ma lampe ». Enad: « d’accord ». Ça commence à s’agiter autour, alhadji: « Enad fait attention, fait attention » « les tribus de veau se sont unis » « oui des tribus de veaux… » en s’adressant cette fois à eux (snap a coupé). Il leur a dit ensuite: « vous n’aviez aucune promesse à tenir, ni aucune sincérité à tenir » « vous avez essayé de prendre l’ascendance sur mon fils et mon invité, et c’est pourquoi l’invité vous l’aviez manipulé dans ces lieux maudits ». Il y a de l’agitation ensuite le père a dit « ils sont de plus en plus présent Enad, de plus en plus » « voici ma confiance en Dieu » il sort le sac de sel de sa poche et le pointe du doigt « par Dieu je vais tous vous bruler ici ». Ensuite ils ont commencé à les oppresser avec du sel et des invocations « Dieu est le plus grand/allaho akbar » « Au nom de Dieu/bismilah » « Dieu est le Puissant et vous les faibles/ allah al9awi oi antoum ado’afa ». Un djinn a subi l’oppression, c’est celui qui a frappé, Harout, ensuite le père a demandé sa cane et l’a touché avec (ou écrasé?). Le feu a jailli de l’endroit où le djinn se trouvait signifiant sa mort. Quand ils avaient fini alhadji a dit « Dieu merci Il nous a accordé la victoire sur eux, parce que par Dieu ce garçon Ahmad n’est pas un hypocrite, mais plutôt à cause de l’état de terreur dans laquelle ils l’ont mis, mais Dieu merci on s’est fait justice et plus encore, on les a vaincu chez eux sous-terre. » Le fils était très heureux et fier de son père, il voulait lui embrasser la tête. Et il n’a cessé de remercier Dieu en disant que ce qui venait de se passer tout le monde pouvait le faire car c’était par la grâce de Dieu. Enad était extrêmement fier, le père aussi, de leur avoir rendu la monnaie de leur pièce.

L’épisode :

L’épisode de l’attaque du djinn sur l’invité: